Accueil | Gibiers | Gélinotte huppée

Gélinotte huppée

Identification

Taille moyenne: 40 à 48 cm (poids moyen: mâle 621 g; femelle 532 g).

Coloration

Deux formes existent que l'on distingue surtout par la couleur de la queue. Forme rousse (plus fréquente dans le Sud): plumage cryptique brun-roux; collerette noire; queue barrée rousse avec large bande noire presque à son extrémité. Forme grise (plus fréquente dans le Nord): plumage cryptique gris-brun; collerette noire; queue barrée grise avec large bande noire presque à son extrémité.

Traits externes caractéristiques

Bec court et fort; petite huppe; collerette apparente lors du tambourinage, de la parade nuptiale et en présence d'un danger; narines emplumées; ailes courtes et arrondies; pattes partiellement emplumées; queue en éventail.

Autres noms

Perdrix

Habitat

Elle habite les forêts feuillues et mixtes: lisières des forêts, clairières, ravins, rives des cours d'eau bordés d'aulnes ou de saules, vergers abandonnés, sites perturbés.

Active le jour en été, elle se tient généralement sur le sol et effectue de courts vols rapides pour fuir et se percher dans les arbres. En hiver, elle est principalement active à l'aube et au crépuscule lors de l'alimentation et s'abrite dans les conifères ou sous la neige pour se protéger des intempéries et des prédateurs le reste de la journée.

Domaine vital : Moins de 100 ha; territoire d'accouplement du mâle 6,7 ha.

Elle est sédentaire et la plupart du temps solitaire. En hiver, elle se nourrit seule ou en petits groupes dans les arbres.

Alimentation

En hiver, sa diète est principalement composée de bourgeons de peuplier, bouleau, érable et vinaigrier et de fruits de viorne, sorbier, cerisier, houx et hêtre à grandes feuilles. En été, elle s'alimente, surtout sur le sol, d'herbacées, fruits et champignons. Les jeunes s'alimentent par eux-mêmes d'insectes et de limaces dès qu'ils quittent le nid.

Reproduction

Saison

Printemps

Mode

Elle peut se reproduire dès l'âge de 1 an. Le mâle s'accouple avec plusieurs femelles. La femelle a généralement une couvée par année, mais peut en avoir une seconde si la première est détruite en début d'incubation. Placé sur un tronc d'arbre couché sur le sol souvent recouvert de mousse ou sur un rocher, le mâle tambourine pour défendre son territoire et attirer les femelles. Il hérisse collerette et huppe, étale la queue et bat des ailes pour produire des sons sourds, d'abord espacés, puis se rapprochant en un vrombissement (semblable à un moteur qui démarre au loin, puis se rapproche). Le mâle parade devant la femelle queue en éventail et collerette déployée. La femelle construit un nid simple composé d'un tapis de feuilles et de quelques plumes situé dans une légère dépression du sol, au pied d'un arbre, d'une souche, d'un rocher ou d'un bosquet. Elle pond entre 10 à 19 (généralement 10 à 14) oeufs de 39 mm de longueur et de couleur chamois, parfois tachetés de points bruns. L'éclosion survient après 21 à 24 jours. Les jeunes et la femelle quittent le nid après moins de 24 heures, mais restent ensemble jusqu'à l'automne. À l'âge de 10 jours, les jeunes peuvent faire de courts vols pour fuir les dangers. La femelle défend farouchement sa couvée en sifflant et en feignant une aile cassée. Le mâle ne procure aucun soin parental.

---

Source: Ministère des Ressources naturelles et de la Faune