Accueil | Ressources | Techniques de pêche

Techniques de pêche

Pêche quotidienne

Ce type de pêche en pourvoirie exclut l’hébergement. Généralement, le client arrive à la pourvoirie le matin et repart à la fin de sa journée de pêche.

Pêche blanche / sur glace

Ce type de pêche se pratique l’hiver sur la glace avec des «brimbales» et souvent des abris chauffés. La motoneige est alors le meilleur moyen de transport pour assurer les déplacements vers un plan d’eau ouvert à la pêche blanche et une fois rendu sur le plan d’eau.

Pêche guidée

Le guide de pêche en pourvoirie est un professionnel qui accompagne le pêcheur dans sont activité. Les tâches du guide sont les suivantes: assurer la sécurité du client en tout temps, s’assurer que les cannes à pêche et les appâts ou mouches sont appropriés pour l’endroit et la période de pêche, conduire le client dans les endroits les plus susceptibles de lui faire récolter le poisson convoité, proférer conseils et consignes au client afin de maximiser ses chances de récolte, assurer l’éviscération et la conservation du poisson, assurer la transmission des statistiques de pêche au pourvoyeur, sensibiliser le client aux avantages de la conservation (remise à l’eau, respect des limites de prise quotidiennes, etc.) et proférer les premiers secours en cas d’accident.

Pêche à la mouche

Contrairement à la pêche au lancer léger qui fait souvent appel à l’utilisation de «cuillères», la pêche à la mouche se pratique avec une canne spécifiquement adaptée à ce type de pêche, de même qu’une «soie» et un «avançon» au bout duquel une mouche artificielle est attachée. Le défi pour le pêcheur est alors de déposer la mouche de manière à attirer l’attention et l’intérêt des poissons qui «prennent» alors cette offrande, soit pour se nourrir soit parce qu’elle constitue un irritant dont ils désirent se débarrasser. C’est d’ailleurs le cas du saumon de l’Atlantique qui cesse de s’alimenter une fois rendu en rivière et pour lequel (sauf exception) il est obligatoire d’utiliser les techniques de la pêche à la mouche pour tenter sa capture.

Pêche avec «Remise à l’eau»

La remise à l’eau, geste de conservation que les pêcheurs nomment aussi «gracier» un poisson, permet de respecter la réglementation en vigueur dans certains cas ou encore qui est réalisé volontairement par le pêcheur. Les techniques de remise à l’eau comportent certaines responsabilités pour les pêcheurs qui pratiquent cet art, tels que l’usage d’hameçons de petite ou de moyenne taille dont les ardillons sont écrasés ou encore limés, un combat le plus court possible avec le poisson afin de ne pas le fatiguer de manière trop importante, l’évitement express de sortir le poisson de l’eau, une paire de pinces afin de retirer l’hameçon proprement de la gueule du poisson et enfin, une période de rétablissement avant le relâchement dans le milieu afin de laisser au poisson le temps de reprendre ses esprits et son sens de l’orientation.

Pêche en lac, rivière, ruisseau, réservoir

Le lac est associé à un plan d’eau sur lequel il est possible de pêcher en embarcation. La rivière peut être pêchée à gué (souvent avec de longues bottes) ou en embarcation adaptée à la navigation en rivière (canot, freighter). Le ruisseau se pêche à pied (à gué), principalement dans les fosses naturelles qui agrémentent son parcours (il faut cependant prévoir un bon chasse-moustique en saison estivale). Le réservoir est en fait un grand lac dont le niveau d’eau est variable, car son émissaire est constitué par un barrage géré par une entité qui en tire profit à des fins de production hydro électrique ou encore de sécurité publique (dans l’optique de régulariser les crues printanières dans un bassin versant).

Source : http://www.pourvoiries.com/pechez/type-de-peche.html